Reseauliberte

Gros plan sur Haiti,la terre de Toussaint Louverture

  • Accueil
  • > Politique
  • > Le coup de maitre de la publication de la version amendée
25
juin 2012
Le coup de maitre de la publication de la version amendée
Posté dans Politique par reseauliberte à 12:39 | Pas de réponses »

Le coup de maitre de la publication de la version amendée dans Politique MichelTripatouillage de la constitution,  amendement frauduleux, victoire á la Pyrrhus  du peuple haïtien et de la diaspora, partage au sommet d’un pouvoir apparent, réduction voilée  de la toute puissance d’un parlement conspué et honni, sauvetage in extremis du pouvoir présidentiel, les mots et les expressions n’en finissent pas pour décrire les tripatouilleurs endimanchés  du droit et de la politique qui se partagent le succès ou l’échec médiatique  du dit amendement. A la recherche d’une explication á qui mieux-mieux de la publication  de cet amendement nos analystes peinent d’oublier que la politique  reste  un rapport de force et que la  boussole de l’homme politique  est le sauvetage  ou la protection de son pouvoir. Le président Martelly mettait du temps pour comprendre  qu’il était élu sous l’égide  de la constitution de 1987 qui était une constitution anti présidentialiste  et qui consacrait la toute puissance du parlement haïtien après trente ans  de dictature duvaliériste présidentielle..

 

L’ancien président Préval passé maitre  dans l’art  d’utiliser  la ruse et la corruption  pour stabiliser son pouvoir viola  continuellement la constitution avec  le feu vert d’un parlement gagné  á sa cause personnelle  lorsqu’il ne pouvait pas l’éliminer ou lorsqu’il ne pouvait pas se servir d’un CEP partisan pour réaliser des élections truquées á l’avance. A la fin de son règne, n’ayant plus de temps  pour étudier comme á l’accoutumé les scenarios  lui devant assurer le renouvellement continu de son pouvoir, il accoucha  de concert avec l’international la stratégie INITE qui échoua piteusement avec la  mascarade du 29 novembre 2011. Comme  il était  encore aux affaires, le blanc lui concéda une partie  du pouvoir en  ne touchant pas aux premiers résultats législatifs  des hommes de Lambert et de Sorel Jacynthe. Dans la suite il manœuvrera la constitution  dans le simple but de récupérer le pouvoir á la faveur d’un amendement dicté sur mesure  et criminellement tripatouillé  en dehors des prérogatives reconnues seulement á l’assemblée constituante.

A la vérité il n’en est rien, la version publiée de l’amendement de la constitution est le simple résultat de la résistance d’un système  politique usé dans lequel les intrants, énergie  et théories galvaudées d’avocats ou de constitutionalistes corrompus , sont injectés pour masquer  dans les media le but officieux de l’amendement á savoir  la perpétuation , la reproduction et la  survie du système politique rétrograde haïtien.

Le président Martelly pouvait il changer le système ?La réponse est non, parce que les conditions á l’origine de sa prise de pouvoir   l’ont placé  á l’intérieur d’un cercle politique dont les lieux géométriques sont occupés  par un parlement corrompu lié aux gouvernement grand mangeur  du régime prevalien rejeté  et vomi par la population.

Est il nécessaire de rappeler le lecteur  que le rejet  de  Monsieur Rousier dont l’épouse  a été kidnappée par des hommes de main  jusqu’aujourd’hui non identifiés  ne donnait pas assez de garantie á l’ancien cabinet ministériel encore aux affaires et protégé par le parlement  quant  á l’oubli et au pardon de cet enlèvement crapuleux. .Le rejet du choix de Mr  Gousse  pour le poste de premier ministre  ne participait il pas de la peur de la force INITE majoritaire au parlement   que ce premier ministre ne vienne continuer avec Martelly le nettoyage politique des partisans de Lavalas  commencé avec le gouvernement de Gérard Latortue. Gary Conille dont on dit que le poids de la communauté internationale  a été déterminant dans son choix, comme premier ministre, ne s’est il pas fait avoir en se faisant le bouc émissaire  du parlement  et en essayant   de se rapprocher trop près de ce dernier  dans l’espoir qu’un impeachment du président  l’ouvrirait les portes de la présidence. Il fut contraint  de donner sa démission. Il a fallu  attendre l’arrivée de Laurent Lamothe  pour remettre les pendules á l’heure .Ce dernier  utilisa son expérience d’hommes d’affaire  pour distribuer  quelques postes de ministre  de secrétaire d’état , pour donner  la promesse  formelle de la publication de l’amendement profané, sans poursuivre les auteurs de la profanation,  en échange de la ratification de son choix  comme premier ministre du gouvernement de mr Martelly.

Toutes ces tractations  se faisaient sur fond d’opposition de la presse et  des ténors  de l’opposition politique á Martelly dont on menaçait de destitution á la suite d’accusations farfelues et de montage de  dossiers incongrus mal ficelés . Autrement dit la présidence de Mr Martelly était fragile . Il fallait dorer la pilule pour la faire avaler  par l’opinion publique. Il fallait dédouaner  la  communauté internationale prise dans l’engrenage politique  de ses projections économiques en ne l’indexant pas comme le catalyseur de la publication de l’amendement. Il fallait trouver les moyens politiques de survie  d’un pouvoir présidentiel  qui ne pouvait pas nommer un gouvernement stable avidement souhaité par l’international pour avancer á sa façon dans le projet de la reconstruction politique et économique d’Haïti.. Sinon l’aide externe  ne serait pas garantie   et l’espoir d’attirer  les investissements dans un climat d’instabilité  politique austère  pour la création d’emplois susceptibles d’alléger la pression sur les terres agricoles s’évanouirait dans la nature.

Alors  Martelly dont l’expérience politique est reconnue grandie par la majorité des tabloids d’Haïti, a fait, á la suite de différentes consultations, le coup de bélier de l’homme politique perspicace et pratique .Il aurait obtenu du parlement  qu’il fasse  appel au  pouvoir judiciaire  pour départager le pouvoir exécutif affaibli mais aux affaires et le pouvoir législatif  opposé á toute manœuvre politique de réduire son  pouvoir monstrueux  de  gestion de l’exécutif, . sans  porter ni  la responsabilité établie de blocage  de l’action  gouvernementale,  ni perdre les avantages d’intégrer le pouvoir pour protéger ses arrières.

Les négociations ont abouti á la publication d’une version amendée qui fait la part belle :

-A l’exécutif dans la formation du conseil électoral permanent, dans la création du conseil  supérieur du pouvoir judiciaire

-Au parlement dans la  prolongation du mandat des députés  tout en conservant le droit sans concession de renvoi du gouvernement

-A la diaspora la reconnaissance mesurée  de la multiple nationalité  et le droit de devenir maires élus

-A la communauté internationale le double plaisir de ne plus financer des élections sélections couteuses permanentes et dégradantes pour sa mission de stabilisation politique en Haïti d’une part  et de l’exclusion du pouvoir populaire  dans l’aménagement d’un nouveau pouvoir judiciaire de l’autre.

Ce compromis semble plaire aux paliers importants du pouvoir politique et économique  d’Haïti .Le  président Martelly, en fidèle gardien de la stabilité , de la protection des institutions et en rassembleur émérite du tissus social déchiré pour des intérêts économiques mesquins ,dut se plier aux injonctions de la constitution pour rapporter son décret de rétablir la constitution de 1987 ,  prendre un nouveau décret   ordonnant la publication de la  version acceptée par toutes les forces au pouvoir.

Evidemment ce compromis n’a pas plus á une partie de la classe des quatre vingt sixards tapis  quelque part dans l’ombre du pouvoir  qui souhaitait prolonger le règne de l’instabilité  politique en remuant  á la radio et á la Tele  les vieux  refrains  dépassés de la chanson de 1986 á savoir » Nous n’allons pas laisser perdre les bénéfices démocratiques  de trente ans de combat contre la dictature duvaliériste au profit d’apprentis dictateurs qui ignorent mêmes les principes d’établissement d’une dictature ».  A l’opposé, ces quatre vingt sixards au pouvoir depuis  vingt cinq ans  ignorent  magistralement aussi  qu’ils n’ont créé que la frustration généralisée dans le peuple  et qu’ils ont semé eux-mêmes    les germes de la violence permanente populaire contre eux  en détruisant tous les remparts qui garantissaient un état de droit  minimum.

Que le présent texte  aide á éclairer le  différend opposant le KONAMOM du Renouveau au journaliste et chroniqueur Daly Valeta á propos  du changement radical et éclairé  de comportement de l’homme vraiment politique qu’est devenu le président Martelly. Compte tenu de l’équilibre des forces politiques en présence le président Martelly a réagi avec la sagesse proverbiale du roi Salomon et a remis le pays sur le chantier politique de la reconstruction. Ceci est á son honneur et á celui du parterre des conseillers politiques qui l’ont amené  á prendre cette décision.

Moi aussi je luttais pour le rejet de l’amendement frauduleux de la constitution de 1987 et l’arrestation  de tous ceux qui de près ou de loin  ont trempé dans la profanation d’un acte législatif posé  par l’assemblée nationale érigée  en assemblée constituante. Je reconnais aujourd’hui que j’agissais comme une force de pression et que mes réflexions unilatérales étaient guidées par ma seule motivation de la réussite tout azimut de la politique du président Martelly. Je reconnais aussi que Martelly n’avait pas les moyens de sa  politique  de rejet de l’amendement .Je reconnais que si jamais il en avait , la principale close qu’il ferait inscrire dans cet amendement serait la possibilité de renvoyer le parlement , convoquer de nouvelles élections pour la recherche éventuelle d’une nouvelle  majorité gouvernementale lui permettant se concrétiser ses promesses de campagne. A aucun moment de la durée les théoriciens de l’amendement n’ont accepte de défendre á bras le corps cet article pourtant républicain.

michelwilliam1000@hotmail.com

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

LE BLOG "FORCE OUEST G... |
Mouvementregionalistehumaniste |
Socialisme ou Barbarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de la Ferc-Sup CGT ...
| Debat Politique Algerienne
| Mohamed Boye