Reseauliberte

Gros plan sur Haiti,la terre de Toussaint Louverture

13
juin 2012
Posté dans Culture par reseauliberte à 12:36 | Pas de réponses »

 dans Culture haiti-pray-300x192Il faut admettre que cela rapporte. Il suffit d’observer le train de vie des pasteurs évangéliques pour s’en persuader. Ils roulent en grosse caisse luxueuse, habitent les beaux quartiers, et envoient leurs enfants faire des études à l’étranger afin de s’assurer de la pérennité de l’entreprise familiale. Certains d’entre eux n’ont absolument aucun salaire officiel, l’État ne prélève aucune taxe sur leur business. Ils sont pénards et coulent des jours heureux en rackettant le petit peuple, leur soutirant le moindre centime pour les « œuvres de Dieu », œuvres que ne verront jamais les fidèles.

Dans ce misérable petit pays, la pratique qui consiste à donner pour les œuvres de Dieu est un sport national. Quand il s’agit de Dieu la générosité ne se fait pas prier. Et les mercenaires de Jésus utilisent tous les subterfuges pour tourner vos poches à l’envers et emporter tout ce qui s’y trouve. Les gros temples rassemblent plusieurs centaines de personnes à chaque « service de culte ». Le dimanche il peut y avoir jusqu’à trois « services » sans compter les « écoles du dimanche » et les réunions de fin d’après-midi dites de la jeunesse. Il existe un point commun entre tous ces rassemblements : l’argent. La fameuse collecte des fonds. On vous réclame de l’argent à tout bout de champ. Une personne qui participe à plusieurs de ces « services » un dimanche peut se voir complètement plumée. Il y a aussi les réunions de prières plusieurs fois par semaine où là encore vous êtes invité à vider votre porte-monnaie. L’argent est omniprésent dans le royaume de Dieu. Ajouté à cela les dîmes des fidèles. Cela consiste à donner au minimum 10% de tout ce qu’on gagne : son salaire mensuel, l’argent provenant d’un transfert de l’étranger, tout revenu reçu dans un mois et quelque soit son objet ou sa provenance. Il faut donner au moins 10% de tout ce qu’on reçoit comme revenu ! Vous vous rendez compte, même l’État haïtien ne fixe pas d’impôt sur le revenu, et ces pasteurs ne reversent absolument rien au fisc. Imaginons la manne financière que représentent ces sommes colossales des très grosses boutiques comme l’Église de Dieu de Delmas 17, l’Église de Dieu de la rue du centre, l’Église de Dieu de la prophétie, l’Église sur le Rocher etc… La quantité de pognon qu’ils se font est énorme. C’est ahurissant ! Et ça pue parce que cet argent est en grande partie le fruit de l’effort des plus pauvres.

Le gros bazar de Delmas 17 et son génie inventif

À l’Église de Dieu de Delmas 17, le dirigeant mercenaire de cet établissement a inventé une technique astucieuse pour engranger le maximum de fric. La méthode peut être résumée ainsi : dans les réunions de prières qui rassemblent le plus de gens comme les jeûnes du samedi matin, il demande qui est prêt à donner 1000 dollars pour le seigneur (sans blague, pour le seigneur !), et on peut trouver une cinquantaine de quidams parmi les membres les plus nantis. Une fois encaissés les fameux billets, il refait la même annonce mais réclame cette fois-ci 500 dollars, et là le nombre de volontaires peut être doublé ou triplé. Il renouvelle une fois de plus l’annonce en diminuant la somme demandée au fur et à mesure, et ainsi de suite jusqu’à atteindre une somme qui provoque le raz de marée où tout le monde veut donner pour le Seigneur. L’idée malsaine derrière cette démarche est de faire croire que tant qu’on donne plus on reçoit davantage de bénédictions donc plus d’argent en retour. Cette méthode a fait la fortune du pasteur Jean-Marie Désir, personnage obscur dont le nom est cité dans plusieurs malversations financières.

L’empire financier du pasteur Jay Threadgill

Un autre nom célèbre dans ce business honteux de la misère est celui du pasteur Jay Threadgill, un Américain évangéliste  qui a fondé l’Église sur le Rocher. Cette église est le symbole de l’extrémisme évangélique importé des États-Unis basé sur l’argent. Les habitants de Delmas et des communes environnantes se sont rués sur cette église d’un nouveau genre qui leur promet l’Évangile décomplexé et enthousiasmant par opposition à ce qui se faisait jusqu’alors dans les églises protestantes traditionnelles et archaïques. Mais c’est au prix fort. Car pasteur Jay ne rigole pas quand il s’agit de pognon et il n’y va pas de main morte. Il consacre un sermon spécial dans chaque service pour motiver les gens à donner. Give the money ! Pour Jay celui qui ne donne pas est un « kokobé » (handicapé) qui n’a rien à faire dans son église. Un dimanche matin, furieux de n’avoir pas ramassé assez d’argent Jay a ordonné à ceux qui ne voulaient pas donner de l’argent de quitter son église immédiatement. Ce qui n’avait visiblement choqué personne puisqu’après ce coup de gueule sanglant les gens accouraient comme des zombis ramener de l’argent pour les œuvres du Seigneur (ne riez pas). Pour impressionner ses fidèles Jay prêche en anglais alors qu’il parle parfaitement le créole haïtien et réside dans le pays depuis plus de 25 ans. Et ça marche ! Les Haïtiens ont une fascination pour tout ce qui est étranger, et Jay l’a bien compris. A ce jour, personne ne peut évaluer la richesse de ce pasteur arrivé des États-Unis avec « po boudal » sans le moindre sou et qui a fait fortune en exploitant les misères et la faiblesse d’esprit des gens. Gourou d’un évangélisme surexcité, il place un agent de sécurité avec fusil au poing devant ses lieux de culte. C’est la première fois qu’on voit cela en Haïti mais personne n’est scandalisé par cet évangile ultra-branché où  l’ange de l’Eternel est remplacé par un agent de sécurité armé jusqu’aux dents prêt à dégainer au moindre débordement.

Le business du pasteur Jay Threadgill a prospéré et il est aujourd’hui à la tête d’un empire financier avec des satellites un peu partout dans le pays (Ministers of Fishers of Men Ministries Int’l., Church on the Rock, Fishers of Men Ministries Bible, Training Center and Morning Star Christian Academy, COTR-Port au Prince). Pire : il ne reverse pas un centime à l’État haïtien ni sur sa fortune personnelle ni sur les profits de son affaire même si on pense que les deux se confondent forcément.

Le royaume de Dieu a déménagé sur terre

L’autre figure historique de l’opération pick pocket que connait Haïti depuis des années à travers le business de Dieu, est le bien nommé pasteur Chavanne Jeune. Celui-ci culmine tous les records. Il est à la tête de nombreuses églises à travers une mission qu’il dirige MEBSH (Mission Eglise Baptiste Sud d’Haïti). Croyez moi chers amis, ce bonhomme n’a pas la vie dure. Il est le PDG de radio Lumière, une station de radio qui ramasse depuis des années de l’argent afin de créer une chaine de télévision pour la communauté protestante. Un projet qui a mis du temps à voir le jour après des années de grosses campagnes de ramassage d’adoquin[1] dans tout le pays, sans compter les nombreux dons faits par des institutions étrangères. Rappelons pour la petite histoire que cette même radio Lumière était un fervent supporteur du dictateur François Duvalier dans les années 1950, avant de retourner sa veste contre le fils du dictateur alors au pouvoir au milieu des années 1980. Revenons à nos oignons. Le pasteur Jeune est aussi PDG de l’université et l’hôpital Lumière et d’une société de crédit au fonctionnement obscur du nom de Lumitec. Il a pendant longtemps prêché que le royaume des chrétiens est dans le ciel et que ces derniers n’ont pas à se mêler de la vie politique des hommes. Eh bien aujourd’hui, chers lecteurs, votre serviteur le bien-aimé pasteur Chavannes Jeune fait désormais partie de la caste politique haïtienne. Il a retourné sa veste après avoir dépouillé les faibles et empoché un max de thune. L’argent ne lui  suffit pas, il lui faut le pouvoir. D’un claquement de doigt, le royaume des chrétiens est vite transféré sur la terre. Alléluia !

NB. Cet article est extrait du livre de Guy Ferolus « Haïti et la folie de Dieu« . Pour en savoir plus visitez le site de l’auteur: www.ferolus.com


[1] Manière populaire de désigner les pièces de 5 gourdes (la gourde est la monnaie haïtienne)


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

LE BLOG "FORCE OUEST G... |
Mouvementregionalistehumaniste |
Socialisme ou Barbarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de la Ferc-Sup CGT ...
| Debat Politique Algerienne
| Mohamed Boye