Reseauliberte

Gros plan sur Haiti,la terre de Toussaint Louverture

  • Accueil
  • > Culture
  • > Le groupe Disip de Gazzman Couleur à l’épicentre d’un terrible tourbillon
30
mai 2012
Le groupe Disip de Gazzman Couleur à l’épicentre d’un terrible tourbillon
Posté dans Culture par reseauliberte à 12:45 | Pas de réponses »

Le groupe Disip de Gazzman Couleur à l’épicentre d’un terrible tourbillon dans Culture gazmanLa vie se fonde sur le principe de dualité. On parle souvent de loi de complémentarité ou de loi des opposés : succès-échec,  joie-tristesse, etc. L’homme est maître de son succès et aussi responsable de son échec dans la vie. Nous ne pouvons exister sans les autres. Et malgré nos divergences de pensées, nous sommes les maillons d’une même chaine et membres d’une seule race : la race humaine.

 

La dialectique nous permet de voir ou d’interpréter un même fait différemment, à partir d’un même point d’observation. Cela tient bon aussi dans toutes les disciplines, y compris l’art,  particulièrement la musique. Certains pensent que le groupe Disip tient encore fort. D’autres ne voient que sa décadence, considérant les problèmes auxquels ce groupe musical fait face actuellement.

 

Les temps ont changé

La musique dansante haïtienne traverse une crise qui crée une grave instabilité au sein des groupes musicaux. Une incertitude se ressent au sein de certaines formations musicales d’aujourd’hui. L’on se demande si elles vont exister longtemps. Aucune de ces formations d’aujourd’hui ne pourra atteindre l’âge de l’Orchestre Septentrional, de l’Orchestre Tropicana ou, plus près de nous, celui du Tabou Combo. Les intérêts diffèrent d’un musicien à un autre. Il n’est plus question d’intérêt commun comme autrefois. Des fois, le maestro ne connait même pas le nom de certains musiciens faisant partie de son propre groupe. Je vous parle en connaissance de cause puisque j’ai vérifié un tel fait.

 

Un musicien devrait être un ami, un frère ayant les mêmes aspirations et partageant les mêmes  rêves avec ses confrères. Mais, la fraternité entre la plupart des musiciens d’aujourd’hui est fictive et hypocrite. Cela est à la base de l’instabilité que l’on vit aujourd’hui dans le monde de notre musique dansante. Je compare l’industrie musicale haïtienne à la ligue nationale de basketball, la NBA, où les transferts s’opèrent à un rythme qui défie l’imagination.

 

Après avoir laissé le Nu-Look, Gazzman Couleur a créé son propre groupe qu’il baptise du nom de Disip. Il a automatiquement bénéficié d’une augmentation de salaire puisqu’il dirige son propre groupe,  même s’il désigne un maestro. Gabriel Laporte a été nommé maestro de Disip. Celui-ci se montrait très dynamique et ne laissait entrevoir aucun signe de mésentente ou d’anomalie. Il ne comprenait rien de rien. Il se croyait vraiment membre du conseil administratif / exécutif du groupe comme il l’avait lui-même déclaré. Il a pu réaliser qu’il n’était qu’un prête-nom et un figurant. « Mariaj la gate, fiyèl mouri monkonpè kaba ».

 

Des musiciens insatisfaits de leur expérience avec Gazzman et le groupe, se lancent à la recherche de meilleures opportunités. Ils le font sans préavis. Tout nouveau tout beau !  Une source crédible m’a informé que d’autres musiciens vont emboiter le pas dans le même sens dans un avenir proche. Dans toute l’histoire de la musique dansante on n’a jamais enregistré tant de désordre et de défections en cascade.

 

Certains accusent le chanteur de Disip de tous les maux du monde pour, peut-être, ternir sa renommée et accélérer sa chute ou encore pour présenter sa face cachée au grand public. Pourquoi n’ont-ils pas emprunté la voie du dialogue, si le groupe a un vrai conseil administratif / exécutif? On parle aussi de la caducité possible de ce conseil exécutif du groupe qui n’assure pas la promotion de cette formation musicale comme il l’aurait dû. Ces musiciens qui ont fait défection laissent le groupe Disip sans regrets. Ils partent à la découverte d’un nouveau monde, tout en risquant leur carrière puisqu’un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Un autre musicien de Disip du nom de Sorel vient de faire défection. Il parle du manque de structure du groupe Disip et questionne la personnalité de Gazzman. Il fait croire que le chanteur ne montre aucun signe de respect envers ses « confrères » musiciens. Il y a une ombre au tableau. Je suis sûr que Gazzman a un autre point de vue concernant les déclarations faites par cet ancien musicien. Il préfère garder le mutisme. Certaines gens se rabattent sur le proverbe qui dit que celui qui ne dit rien consent.

 

Gazzman Couleur joue sa dernière carte « Do or Die »

Le vent souffle à une vitesse inimaginable et change progressivement de direction. Van an vire sou Gazzman Couleur. Il lui faut un paravent solide pour survivre. Le chanteur doit aussi comprendre que le chemin de la vie n’est pas toujours tapissé de fleurs. Parfois, il est jonché d’épines. Il faut être très patient et prudent. Il faut qu’il pratique la tolérance, le respect et l’humilité. Gazzman se trouve aujourd’hui coincé dans une situation qu’il a créée mais ne peut se l’expliquer. Il a inventé un monstre qui aujourd’hui le hante.

 

Gazzman Couleur doit reconnaître et accepter ses faiblesses. Il doit les corriger s’il arrive à les identifier. Il faut qu’il fasse une introspection quotidienne pour essayer, sans tricher, de pointer du doigt ce qui en lui mérite d’être modifié. Il a besoin d’aide pour surmonter les difficultés auxquelles il fait face aujourd’hui. Les plus grands artistes du monde se réfèrent à d’autres paroliers pour présenter des textes valables. Certains profitent de ce moment crucial pour jeter la panique parmi les fans du Disip. D’autres parlent de la confirmation de l’incapacité de production de Gazzman et de son manque d’esprit de créativité.

 

Certains osent dire que son ancien partenaire et maestro est à la base de son vedettariat. D’autres pensent que le maestro de Nu-Look lui préparait des mets prêts à manger-ready to feed, c’est-à-dire des hits. Le moment est venu pour que Gazzman Couleur nous prouve le contraire.  Il joue à « Do or Die-réussir ou échouer éternellement ». Si le prochain CD de Disip n’inspire pas confiance et ne convie aucun message positif, Gazzman aura le dos au mur. Il doit retourner sur la planche à dessin pour ré-agencer ses couleurs, comme certains groupes l’avaient fait après la sortie d’un quelconque CD titré Confirmation.

 

Il ne reste qu’une chance à Gazzman Couleur. La première, il l’a eue à la grande sortie de Disip, le dimanche 4 avril 2010. Il faisait salle comble, un fait que beaucoup avaient associé à l’effet de curiosité. Gazzman n’a pas su consolider sa position après la sortie de son CD qui a pour titre « Mission ». À l’époque, le Nu Look trottinait. Aujourd’hui, Gazzman essaie d’attraper sa deuxième et dernière chance au vol. S’il laisse l’orgueil envahir son territoire et s’il vit encore dans son petit monde de rêve, il ne pourra pas remonter la pente raide. Tout au début, il avait confondu vitesse et précipitation.

 

La barque en péril

Gazzman Couleur collabore avec des musiciens en qui il plaçait toute sa confiance mais qui aujourd’hui lui préparent un mauvais coup, soit un « No Show » à une soirée dansante ou à un festival. Ces musiciens ne se présenteront pas pour honorer un contrat ou des contrats à l’avenir. Ils réclameront une augmentation de salaire de Gazzman le jour même d’un bal ou d’un festival du groupe Disip.

 

Rien ne sert de courir, il faut partir à point. La vie a un rythme. Plus on la danse en boléro plus grande sa chance de réussite. L’empressement ne fait pas naitre le jour. La vie est la plus rude compétition. Je le redis aujourd’hui pour mieux me faire comprendre. La vie est un vaste océan où tout le monde se baigne. Deux possibilités s’offrent à nous et décident de notre futur : se noyer si on ne sait pas nager, ou nager pour ne pas se noyer.

 

Felder, ex-bassiste de Nu Look, supporte vraiment Gazzman Couleur, s’il accepte d’embarquer à bord d’une barque en péril, saccagée par un fort tourbillon qui risque d’être suivi d’un tsunami. Il l’a fait au péril de sa vie. Sans doute, il sait nager. En qualité de nouveau maestro du groupe Disip, pourra t-il aider Gazzman à regagner le rivage du succès d’antan ?  On se souvient aussi que Felder fluctuait un peu dans ses décisions après sa séparation de Nu-Look. Il avait même déclaré qu’il avait laissé le monde Konpa Dirèk pour évoluer dans d’autres environnements musicaux.

 

Dans un temps Felder jouait à la gloire de l’Eternel, si ma mémoire m’est fidèle. C’est ce qui l’empêchait de répondre à certaines obligations du monde profane. Aujourd’hui, il revient dans l’univers Konpa Dirèk. Personne ne doute de son talent et de sa capacité. L’on se pose des questions. Peut-il réussir comme architecte de la reconstruction et de la modernisation de Disip? Il a ce grand défi à lever. J’imagine que, sans fluctuer,  Felder continuera la route avec Gazzman qui a besoin d’un guide qu’il respecte pour le conduire à bon port. Avec les cartes que Gazzman a en main, il ne pourra pas facilement gagner la partie. Elles sont toutes marquées aux ongles-yo doye. Il faut qu’il les rebatte. Parmi les disciples de Gazzman Couleur, on compte encore des Judas. Pourra t-il les identifier avec facilité? Je le doute fort.

 

La sagesse et la modestie se cultivent

Je pense qu’après plusieurs incidents de parcours que Gazzman a vécus et pour lesquels il a été réprimandé, il doit atteindre une certaine maturité, cultiver la sagesse, la modestie, et pratiquer la tolérance, l’amour, et faire preuve de respect. S’il n’est pas à ce point, il n’a rien appris de l’école de la vie et des recommandations qui lui ont été adressées en plusieurs occasions. La sagesse est l’art des modestes et la modestie la science des sages.  J’essaie aussi de comprendre la situation du chanteur qui vit dans une atmosphère troublante, dans une ambiance très tendue où règne une hypocrisie palpable.

 

Certains déclarent que le groupe Disip se dissipe lentement en fumée.  D’autres prétendent que Gazzman Couleur et son groupe vont rapidement en aval sans détour- pa gen wout pa bwa, disent-ils. Aujourd’hui, Gazzman se cogne la tête et travaille dur pour essayer de produire un album valable.  Si sur cet album, il interprète la chanson « Machann Kasav » du Super Jazz Des Jeunes, qu’il a jouée au festival de Miami, il voue à l’échec certain. L’idée d’interpréter une telle chanson est géniale et la chorégraphie reflète bien l’image que traduit la chanson.

 

La tenue paysanne des musiciens nous renvoie dans le tréfonds de notre culture pour y puiser les ingrédients nécessaires de la source traditionnelle indigène: djakout kouzin, chemise chambrée et pantalon de « gros siam ». Tel a été le décor sur scène. Je trouve méchants tous ceux qui confèrent une connotation politique à la présentation sur scène et la parure des musiciens de Disip au Compas Festival de Miami, en Floride. Ils avancent que Gazzman n’a pas dévoilé aux musiciens, qui l’ont accompagné, son intention cachée derrière l’accoutrement qu’il les fit porter.

 

Chaque période a ses besoins, ses demandes et ses exigences. Le public saura t-il apprécier une telle pièce musicale?  D’autres trouvent que c’est pour Gazzman un moyen de redorer son blason après avoir avalisé un sujet qui n’a pas réussi dans ses démarches politiques. Sans vouloir être l’avocat du diable, je ne vois que la portée culturelle de la présentation du groupe Disip, le samedi 19 mai à ce festival de Miami. La chorégraphie m’a beaucoup plu.

 

Personne n’aimerait échouer. Gazzman doit nager pour sortir de ce vaste océan de problèmes. Gazzman et le Disip sont en position de faiblesse. Il faut que l’artiste n’ait pas honte de demander ou de frapper aux portes où il est sûr et certain de trouver ce dont il aura besoin pour réussir dans ce méli-mélodrame musical. Je profite de l’occasion pour rappeler à Gazzman que le voisin a un excellent CD en circulation. Attention ! Même si ce CD en question commence à perdre de sa chaleur, il peut encore brûler les imprudents qui essaient de le toucher avec les mains nues. Si le Disip ne peut produire un album riche en substance, en couleur et en variétés, c’est la fin de son histoire. Le groupe Disip est vraiment à l’épicentre d’un terrible tourbillon qui peut-être suivi d’un tsunami si les mesures nécessaires ne sont pas prises à temps. Il ne me reste qu’à souhaiter bonne chance au groupe Disip.

Par Jean Robert Noël


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

LE BLOG "FORCE OUEST G... |
Mouvementregionalistehumaniste |
Socialisme ou Barbarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de la Ferc-Sup CGT ...
| Debat Politique Algerienne
| Mohamed Boye